De la rondeur à table et en cuisine

Les journées du patrimoine de pays, dédiées cette année au patrimoine rond, n’auront guère mobilisé. Peu importe, ce sympathique défi m’aura permis de plonger dans nos chaudrons et soupières pour y découvrir des aspects parfois insolites, parfois anecdotiques, mais toujours porteurs d’histoires, de croyances… Quel est l’objet qui symbolise la présence de Dieu à table, quelle est l’origine du mot tasse, comment le beurrier à eau inspire des frigos sans électricité… Plus encore, se pencher sur cette rondeur, c’est prendre conscience de la véritable portée de la nourriture.

De la rondeur à table

À table, comme en cuisine, nombre d’éléments et accessoires sont effectivement tout en rondeur. Nés de l’histoire (les premiers ustensiles étaient issus de végétaux comme les calebasses par exemple), de la contrainte (modelage, tournage…) et de la nécessité (bonne répartition de la chaleur…), ils affichent aussi une dimension symbolique certaine. La rondeur évoque la féminité, la fécondité et donc la vie. Parmi les objets les plus évocateurs du caractère sexués de nos objets familiers, l’exemple le plus manifeste est le mortier qui allie principe féminin (le mortier) et principe masculin (le pilon).
La rondeur, c’est aussi le ventre qui permet la vie et c’est encore la générosité et l’opulence. Ainsi, le rond, le cercle ou la sphère revêtent un caractère sacré, en référence à la Terre féconde et au Ciel fécondeur. Ce caractère devient d’autant plus évident lorsqu’il s’agit d’évoquer la nourriture, source de vie par excellence et de régénération (se restaurer prend ici tout son sens), respectée et appréhendée avec la plus grande sollicitude. Se pencher sur nos verres, assiettes et écuelles permet ainsi de reprendre conscience du rôle essentiel que peut jouer une nourriture porteuse de vie et de sens : chaque bouchée est une offrande, chaque bouchée est une reconnaissance, chaque bouchée est sacrée.

De quelques objets et expressions

Le sel a longtemps été une denrée chère et hautement estimée. Symbole de connaissance, de protection et de purification, le sel est plus qu’un exhausteur de goût, il permet aussi de conserver les aliments, mais aussi de sceller les alliances. Ainsi la salière, premier objet posé sur la table, symbolisait-elle la présence de Dieu. N’oublions pas aussi que selon Mathieu, Jésus déclara aux apôtres, “soyez le sel de la terre”, c’est-à-dire soyez la sagesse qui saura donner de la saveur à la vie.
Restons à table avec ce qui aujourd’hui symbolise notre place assise à table : l’assiette ! Si celle-ci existe depuis fort longtemps comme accessoire de cuisine, son usage individuel n’est apparu qu’au XVIe siècle, remplaçant progressivement tranchoir et écuelle. Le tranchoir désignait tout simplement la tranche de pain, voire le plateau de métal ou de bois, sur lequel étaient posés les aliments solides. L’écuelle servait logiquement pour les soupes et bouillons. Quant à la gamelle, son usage nous vient des matelots qui mangeaient tous dans le même plat, d’où l’expression « manger à la gamelle ». Cette pratique du plat unique partagé par l’ensemble des convives est un trait culturel toujours en vigueur en certains lieux du globe à commencer par le Maghreb. Là aussi, le symbole se veut fort. Partager le même plat, c’est accepter l’autre comme son semblable et son égal, c’est reconnaître aussi une Destinée commune. Dans ce contexte, il devient facile de comprendre que la table ronde n’a rien de neutre : elle symbolise l’égalité des hommes devant la table où devait être posé le vase sacré, celui-là même ayant recueilli le sang du Christ, soit la force de vie.
Quant à l’expression « au chaudron des douleurs, chacun porte son écuelle », elle signifie simplement que dans la logique d’une destinée commune, chacun porte une part de responsabilité dans l’orientation du cours de la vie ou des sociétés…

Comme quoi, même une malheureuse assiette nous rappelle combien il est temps de retrouver le sens des réalités.

Cette entrée a été publiée dans • Manières de table et histoire, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire