Mauvaises ondes

À l’heure où est déployé sur le territoire français le prétendu compteur intelligent Linky que nous sommes, non pas en droit, mais en devoir de refuser, à l’heure où le téléphone portable est une prothèse quasi obligatoire, à l’heure où l’usage des technologies sans fil est amplement incité (voir la prolifération des QR codes par ex.), à l’heure de l’expansion des 4G, à l’heure de la banalisation des bornes WIFI, il est plus qu’urgent de rappeler quelques effets avérés des ondes sur l’organisme. Point de long discours technico-technique, juste quelques faits avérés pour comprendre combien nous sommes hautement mis en danger alors qu’il devient de plus en plus difficile de s’en protéger.

Mieux vaudrait pouvoir en rire
Dans la série vie privée, je vous invite à découvrir les toilettes connectées, un nec plus ultra à s’offrir pour seulement quelques milliers d’euros.

Effets sur l’immunité

J’avais déjà publié il y a quelques temps un article relatif à l’impact des ondes sur la production de mélatonine, hormone essentielle qui assure la maintenance de l’organisme durant la nuit. Or, une exposition tardive à la lumière et plus encore aux ondes avant le coucher inhibe la production de mélatonine favorisant donc en conséquence un sommeil non réparateur et une intoxication progressive de l’organisme, et donc une fragilisation. La mélatonine est particulièrement active au niveau des intestins et est présente également dans le pancréas et le foie. Conjuguée à la prolactine produite en milieu de nuit par l’épiphyse, elle assure le nettoyage de la flore intestinale pour la ramener à l’équilibre. Elle est aussi un important régulateur de la motilité et de l’inflammation, et intervient dans la régénération de l’épithélium intestinal (paroi). Sachant que notre immunité est assurée à 70/80 % par le bon équilibre de la flore et l’intégrité de la paroi, il devient facile de comprendre qu’elle est directement affectée. De plus la mélatonine est synthétisée à partir de la sérotonine laquelle est majoritairement sécrétée au niveau intestinal.
Dernier point, la mélatonine est également un régulateur de la glycémie et sa carence est corrélée à la survenue d’un diabète de type 2.

Effet sur la glycémie

Il a été prouvé que l’exposition aux ondes électro-magnétiques affecte l’homéostasie du corps en faisant augmenter la glycémie. L’effet est tel qu’il peut générer une nouvelle forme de diabète. Or, si les sucres constituent dans nos sociétés l’un des facteurs majeurs d’inflammation, de vieillissement prématuré et de dégénérescence, tous les efforts consentis pour s’en sevrer peuvent être réduits à néant par l’usage des technologies de communication sans fil ou à leur simple exposition. Vive la WIFI dans les écoles, bibliothèques et espaces publics ! Enfin, n’oublions pas que la gestion de la glycémie est aussi la clé de l’indépendance tant au niveau physique que psychique.
Petite remarque, sachez que parmi les troubles les plus fréquemment associés au diabète se trouve la sensibilité au gluten et les dysfonctionnements thyroïdiens, la thyroïde étant d’ailleurs une glande particulièrement sensible. Or les ondes affectent l’ensemble du système endocrinien. Encore une fois, pas de hasard.

Perturbation des échanges cellulaires

Au niveau de la cellule, les échanges entre milieu intra et extracellulaire se font grâce à une différence de potentiel électrique, fondé sur la charge de minéraux comme le Calcium, le Magnésium, le Potassium… Or l’exposition aux ondes interfèrent avec les fréquences de ces minéraux, ce qui conduit à des modifications de concentration intra et extra cellulaire, qui perturbent nombre de fonctions métaboliques. Le Calcium est particulièrement concerné, ce qui explique – au moins partiellement – que les premières atteintes constatées concernent le système nerveux d’abord, puis les muscles et notamment le muscle cardiaque. À noter également que la perturbation des échanges cellulaires est à la base de l’intoxication et de l’asphyxie des cellules.
J’ajoute que l’assimilation de compléments alimentaires de nature minérale est également entravée.

Ouverture de la barrière hémato-encéphalique

Ici encore, il a été prouvé qu’outre l’échauffement des tissus, l’exposition aux ondes rend la barrière qui protège notre cerveau perméable. Si l’on met en parallèle la perméabilité intestinale, mal contemporain très fréquent évoqué juste précédemment (pour plus d’information, voir sur le blog les articles sur l’éco-système intestinal), qui permet le passage dans le sang de substances indésirables, conjuguée à la présence de métaux lourds issus principalement des amalgames dentaires, il est facile de comprendre que l’exposition aux ondes augmente la vulnérabilité du cerveau, ce qui explique, au moins en partie, le développement de l’électrosensibilité.

En reliant ces quelques éléments, il devient assez clair que l’exposition aux différents types d’ondes concourt à renforcer l’inflammation interne, laquelle est à l’origine de quasiment toutes les pathologies (lire à ce sujet l’article l’origine des maladies), ce qui signifie que tous les efforts consentis en terme alimentaire resteront insuffisants. Évidemment, les jeunes enfants sont plus vulnérables que les adultes parce que leur système immunitaire et leur système nerveux ne sont pas matures. Ultime mot d’ordre donc : se débarrasser et se protéger de l’exposition électromagnétique autant que possible.

Téléphonie mobile, le danger dissimulé

Ce film documentaire met en lumière … comment les normes d’émissions trompent les peuples, comment notre santé est menacée de façon dramatique, comment les dangers sont intentionnellement dissimulés…

 

L’usage du portable ne sera donc plus toléré à l’intérieur des locaux d’ana’chronique, sachant par ailleurs que nous avons fait sciemment et depuis longtemps le choix du filaire et avons de surcroît abandonné au maximum les ampoules prétendues basse consommation.
______________

Pour des recherches approfondies et mesures de protection
Les documents en langue française abondent. Autant dire que l’information existe. Voici quelques pistes…
• Association Robin des Toits
• Association Priartem
• Le CRIIREM, Centre de Recherche et d’Information Indépendantes sur les Rayonnements Electromagnétiques.

 

Cette entrée a été publiée dans • Santé globale, • Sur le vif. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire