Dans la série, les miracles du vivant…

Une autre magnifique moisson avec un long entretien proposé par le Chou brave (j’en ai parlé) en compagnie de la dynamique Irène Grosjean, qui à plus de 80 printemps, nous épate par sa sensibilité, son rayonnement, sa lucidité et sa joie d’être (évoquée ici), le témoignage d’un homme guéri de son diabète grâce au protocole de cure de jus de Gabriel Cousens (pour mémoire, voir là), glané dans Strada, un gratuit diffusé en Haute-Loire, et enfin, un très beau et très émouvant documentaire australien nous permettant non seulement de suivre deux métamorphoses singulières opérées grâce aux jus, tout en explorant nos travers, nos habitudes et nos résistances. Quel programme !

Irène Grosjean se livre à l’équipe du Chou brave

Tout d’abord un immense merci à l’équipe du Chou brave, qui, en plus du magazine dont je vous avais parlé ici, nous comble avec des vidéos ponctuelles, diffusées avec générosité (traduisez gratuitement) sur le Net. Après un entretien ensoleillé avec Sébastien Lorca, à propos du sungazing, où l’art de tirer profit de l’énergie solaire, le chou brave est allé à la rencontre d’Irène Grosjean. Je ne présente plus Irène, puisque cela est déjà fait dans cet article, mais avec cet entretien, nous entrons dans son intimité et découvrons son cheminement personnel, ses convictions, ses motivations et finalement son message. À nous d’en apprécier la portée car elle est immense, ne serait-ce seulement lorsqu’elle nous rappelle qu’aujourd’hui, « la simplicité est un luxe ». Revenir à l’essentiel, revenir au physiologiquement compatible pour savourer pleinement la vie et évoluer dans la joie. Non, il ne s’agit pas de prédicat, ni d’endoctrinement sectaire, mais bel et bien d’une voie de liberté et d’autonomie à portée de volonté de chacun. À déguster sans plus attendre ici.

Guérir du diabète en 21 jours de la théorie à la pratique

J’avais il y a quelques mois présenté l’ouvrage de Gabriel Cousens, l’un des ténors (et séniors) du crudivorisme. J’avais aussi visionné le film du suivi d’un groupe de curistes, mais n’avais jusqu’alors pas recueilli de témoignage, si ce n’est celui d’un jeune homme, qui après un passage auprès d’Irène Grosjean avait tenté l’aventure et réussi à se passer totalement d’insuline pendant au moins 3 mois. Et voici que la lecture d’un magazine gratuit diffusé en Haute-Loire, Strada, me livre un autre témoignage, également accessible en ligne ici Gilbert Chudzinski raconte succinctement comment au hasard d’une conversation, on lui parle du Livre de Gabriel Cousens ; Lui qui est déclaré diabétique depuis 10 ans, a lu, relu et s’est  préparé en douceur à la possibilité de guérir de ce mal réputé incurable. Puis, il s’est lancé et après seulement 4 jours, sa glycémie était redevenue normale. Progressivement, il a gagné en vitalité, se délestant au passage de quelques 11 kg. Le voici devenu essentiellement végétalien crudivore, voire végétarien en société. Et… c’est le plus important : non diabétique.

Gros, malade et presque mort

Cet intitulé est la transcription en français du titre original de ce documentaire, à l’initiative de Joe l’Australien, rescapé du naufrage du remplissage aveugle et d’un urticaire chronique qualifié d’inguérissable. Au-delà du témoignage, qui débute tel un « road movie » sur les terres américaines, espace choisi volontairement par Joe pour rompre avec son quotidien et se confronter au pays emblématique de la « junk food », il s’agit d’un portrait de la société américaine par son assiette. En effet, au fil de son périple, Joe part à la rencontre de ces Américains moyens, les questionnent, les titillent, les interpellent… et aux travers des propos des uns et des autres se dessine la dérive, le piège de la facilité, l’addiction… Et quand Joe interroge : qui est responsable, chacun de ses interlocuteurs répond : c’est moi. Et puisque nous sommes responsables de notre dérive, nous pouvons devenir responsables de notre voie de salut. Et c’est ainsi qu’un jour, Joe croise Phil, atteint tout comme lui d’un urticaire chronique et en proie à une solitude effroyable, honteux de ce qu’il était devenu. Et le miracle opère lorsque Phil, désespéré et se sentant évoluer sur une voie suicidaire, sollicite l’aide de Joe qui répond à cet appel à l’aide en accompagnant Phil, dont nous allons découvrir l’histoire, quasi banale et surtout la détresse – extrême -, qui se dévoile par bribes au fil de ce retour à la vie qui s’opère progressivement. Humainement parlant, Phil incarne une véritable métamorphose (celle de Joe est tout aussi intéressante), doublée d’une prise de conscience exemplaire. Je n’en dirais pas plus.

___________

Pour aller plus loin
• Le site du chou brave
Dont vous pouvez soutenir l’action par un don ou choisir de vous abonner au magazine, diffusé uniquement pour l’instant par voie numérique.
• L’entretien avec Irène Grosjean
• Le site de strada, la vie d’ici
Avec la possibilité de lire la publication en ligne via calaméo (PM : Strada n’est diffusé qu’en Haute-Loire) ou d’accéder à l’article directement ici.
• Le film de Joe sur Youtube
• Le site de Joe, pour les anglophones qui propose services et recettes…

Cette entrée a été publiée dans • À découvrir…, • Partenariats et réseaux, • Réflexion sur la nutrition, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.