« Nourrir son âme » avec Jacques Antonin

C’est en parcourant la liste des intervenants du projet de film documentaire Amsha, de la peur à la joie, que j’ai croisé Jacques Antonin. Mes premières recherches m’ont conduit vers une émission co-animée avec Sylvie Simon. Quelques jours plus tard, Amsha mettait en ligne un long entretien réalisé par l’équipe du Chou brave, entretien que je partage avec enthousiasme.

Pourquoi un tel coup de cœur ?

Tout simplement parce que le propos de Jacques Antonin fait totalement écho à ma propre quête et arrive à point nommé pour exprimer ce que je ressens de manière intime et intuitive depuis fort longtemps et que j’ai commencé à mettre en mots lors de ma dernière conférence relative à la cuisine de l’amour. Attention, le propos est dense et peut à certains égards dérouter le néophyte. Mais pour qui devient sensible aux énergies subtiles qui animent le vivant, il est d’une limpidité sans appel. D’une évidence oserai-je dire.

Découvrir Amsha

Avant d’en venir à Jacques Antonin, je tiens à remercier les initiateurs du projet Amsha, film documentaire destiné à être diffusé gratuitement sur la toile et réunissant différentes « personnalités engagées à ré-enchanter le monde à leur manière, afin d’explorer sous un regard nouveau les thèmes fondamentaux de l’existence. » Ambitieux et généreux certes, mais surtout porteur pour qui est convaincu que notre passage sur Terre n’est pas synonyme d’asservissement et de souffrance, mais au contraire d’émancipation et de joie d’être. Pour autant, rien de « newagien » ici, puisqu’il ne s’agit pas de répéter que tout le monde est gentil, mais bien d’expérimenter par soi même la portée de l’incarnation. De son incarnation. D’ailleurs Jacques Antonin parle de souveraineté d’être.

« Amsha est un terme swahili qui signifie « réveiller quelqu’un » et se traduit aussi par étincelle divine en sanscrit ».

Jacques Antonin, « Nourrir son âme »

Devenu paysan-boulanger dans le sud de l’Aveyron, Jacques Antonin a effectué depuis de nombreuses années des recherches sur ce qui nous nourrit vraiment et notamment sur la résonance vibratoire des aliments avec notre corps physique. Depuis quelques années, il transmet un enseignement sur le fonctionnement énergétique de l’être humain, synthèse des connaissances anthroposophiques, ayurvédiques, esséniennes. Il s’inspire des travaux de Jacqueline Bousquet, Emile Pinel, Etienne Guillé, Ruppert Sheldrake, Rudolf Steiner… et de 20 ans d’écoute et de décodage des manuscrits de la Mer Morte, découverts et traduits par Edmond Bordeaux Zsékely près de 20 ans avant ceux de Qûm Ram, que l’on retrouve dans le livre « L’évangile essénien de la paix ».  Le but de cet enseignement est de comprendre notre « chemin de Vie » en venant s’incarner sur Terre afin de mettre le cœur en Paix, source de toute  forme de guérison physique, par le développement de la souveraineté individuelle. La finalité ultime étant la pacification des lignées parentales, afin que nos enfants aient de moins en moins de « boulets » à porter, ce qui accélère, de manière exponentielle, la venue de la Paix sur Terre et dans les Cieux. »

Merci à l’équipe du Chou brave
Une fois encore, l’équipe du magazine de l’alimentation vivante nous offre une magnifique rencontre. Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore ce magazine, désormais disponible en version papier, sachez qu’il n’est pas réservé aux crudivores, mais s’adressent à tous les mangeurs, soucieux d’équilibre et d’harmonie et par conséquent, respectueux du vivant.
Important, Amsha comme le Chou brave ont besoin de nos contributions…

Cette entrée a été publiée dans • Partenariats et réseaux, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.