Big data et politique, à quoi sert la collecte des données

La Radio Télévision Suisse nous donne un exemple d’actualité pour illustrer l’intérêt que peut revêtir la collecte des données au travers de nos connexions et réseaux. Et n’oubliez pas, comme le rappelle cet article relayé par Reporterre (Linky vendra les données de votre vie) que le compteur Linky déployé en ce moment même sur le territoire français participe de la collecte de nos données.

Le reportage de la RTS

Emmanuel Macron est arrivé en tête du premier tour de la présidentielle française dimanche dernier. Cette victoire est également celle d’une méthode qui a porté sa campagne: celle du “big data”, l’analyse des mégadonnées.

politique-big-data-is-watching-you?id=8583328

 

Emmanuel Macron est arrivé en tête du premier tour de la présidentielle française dimanche dernier. Cette victoire est également celle d'une méthode qui a porté sa campagne: celle du "big data", l'analyse des mégadonnées.
Le principe est relativement simple et puissant. Il s'agit de baser une stratégie électorale sur les données des citoyens afin de savoir sur quels quartiers du pays se concentrer et cibler les indécis.
Derrière cette approche scientifique high-tech se cache une start-up parisienne, Liegey Muller et Pons (LMP), qui oeuvre pour le candidat centriste.
"Nous sommes capables de caractériser les quartiers en termes électoraux et sociologiques: quels sont les quartiers plutôt à gauche, à droite, indécis, jeunes, vieux, riches ou bobos, explique à la RTS Arthur Muller, co-fondateur de LMP. Et nous sommes capables de le faire pour tous les quartiers parisiens et tous ceux de France."

Lire la suite et voir le reportage sur le site de la RTS

 

 

Cette entrée a été publiée dans • Sur le vif. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.