Les herbes de la Saint-Jean

Entre légende et tradition, voici quelques herbes dont on dit qu’elles guérissent tous les maux et que leurs vertus sont à leur apogée au matin du 24 juin, pour la Saint-Jean. Qu’en est-il vraiment ?

« Les herbes de la Saint Jean gardent leurs vertus tout l’an »

Herbes miraculeuses ?

À en croire l’expression « avoir utilisé toutes les herbes de la Saint-Jean » pour signifier que tout a été tenté, effectivement elles le sont ! Et à regarder cette liste de 7 herbes quasi sacrées, nous comprenons qu’elles formaient la pharmacopée de base des foyers : sauge, achillée millefeuille, marguerite, lierre terrestre, joubarde, armoise et millepertuis. Incontestablement, la sauge ou salvia, qui signifie guérir, fait figure de panacée dès l’Antiquité. L’achillée millefeuille était déjà prisée par Achille et ses guerriers, qui utilisaient son suc frais pour guérir leurs blessures. Les fleurs infusées luttent contre les parasites intestinaux. L’armoise a la réputation de soigner les troubles féminins. La joubarbe, herbe de Jupiter, utilisée en cataplasme de feuilles fraîches, est souveraine dans les affections épidermiques : cors, dartres, gerçures, piqûres d’insectes… Le millepertuis, dont on fait la fameuse huile rouge par macération de ses fleurs dans l’huile, soigne les brûlures et calme les rhumatismes… Le lierre terrestre soulage les troubles des bronches et enfin, la marguerite s’utilise fraîche, le cœur broyé, sur les plaies qu’elle aide à cicatriser. Sèche et infusée 10 minutes, à raison d’une cuillerée à soupe de fleurs par tasse, elle soigne les conjonctivites.
À ces 7 plantes de référence, s’ajoutent 20 complémentaires et des nuances selon les régions dont : l’angélique, l’arnica, l’aubépine, la bourrache, la camomille, la capucine, la chélidoine, le chiendent, le chrysanthème des moissons, la cuscute, la drosera, l’épervière, la feuille de noyer, la fougère, la gentiane, l’hysope, l’immortelle, la lavande, le lycopode officinale, la marjolaine, la mauve, la mélisse, la menthe, la myrte, la pimprenelle, le pissenlit, le plantain, la reine des prés, le romarin, le serpolet, le souci, le sureau noir, le thym, la verveine…

Célébrer l’alliance des éléments

Un véritable rituel accompagne la cueillette, comme en Catalogne où la coutume reste bien ancrée, avec la confection de croix, couronnes et bouquets. Composés d’orpin, de millepertuis, d’immortelle et de feuilles de noyer, ces bouquets appelés ramellets de la Saint-Jean sont accrochés aux portes pour protéger les habitations.
En fait, la Saint-Jean devrait coïncider avec le solstice d’été, soit le 21 juin, moment où les forces de vie sont maximales et que les plantes offrent alors le meilleur de leurs bienfaits. C’est pourquoi, il est dit que la cueillette doit s’effectuer tôt le matin, avant le lever du soleil. Plus encore, ces herbes et le rituel qui accompagne leur cueillette célèbrent les 4 éléments : l’eau, le feu, l’air et la terre. Qualifiées de “Fontaines de Santé” par les Celtes, ces herbes sont liées à la symbolique de l’eau, à commencer celle de la rosée du matin de la cueillette, ou encore celle des fontaines que l’on orne à cette occasion dans de nombreuses régions, notamment en Provence. En tant que fête du solstice d’été, date à laquelle le soleil atteint son apogée, la Saint-Jean célèbre aussi le feu. À noter que le jaune prédomine dans les bouquets confectionnés. Entre terre et air, les plantes par leurs racines et leurs rameaux relient le bas et le haut, le passé et l’avenir, le matériel et le spirituel. C’est aussi l’un des sens donné à la croix, alors que la couronne, évocation du cercle solaire, est un symbole de protection.

Recette de sorcière
À la Saint-Jean, il est paraît-il bon d’avoir le cœur en amour ! Voici donc la recette de la « poudre de badinage» composée de marjolaine, thym, verveine et myrte, qui, une fois séchées seront réduites en poudre et tamisées. Il suffira alors de respirer ce mélange pour se sentir le cœur léger et l’esprit ouvert !

Les feux de la Saint-Jean

Avant le Concordat de 1801, la Saint-Jean était une fête chômée en France, qui donnait l’occasion de célébrer, un peu tardivement, le solstice d’été, soit le jour le plus long de l’année. C’est avec Noël, l’une des rares fêtes fondée sur une naissance, celle de Saint Jean Baptiste qui baptisa le Christ, et non une mort. Au départ, la Saint-Jean est une fête païenne et surtout une fête agraire qui marque un moment de plénitude de la nature, avant que la lumière ne commence à décroître. C’est donc une fête solaire et c’est pourquoi elle est placée sous le signe du feu. Tradition bien présente dans de nombreux pays, de la Chine au Danemark, en passant par le Québec, les feux de la Saint-Jean sont une occasion de se réunir, de chanter, de danser, et de sauter au-dessus des flammes auxquelles on prête des vertus magiques : purification et protection vis-à-vis des maladies, des sortilèges et autres fléaux… Ailleurs, ces feux sont censés permettre de se défaire de ses pensées négatives ou de se repentir d’actes condamnables. Plus tard, les cendres froides pourront être répandues dans les champs pour protéger les récoltes de la foudre et des incendies.

Alors, que vous soyez en France ou ailleurs, soyez de la fête et n’oubliez pas de cueillir les simples qui accompagneront votre année et soigneront vos maux en douceur.

______________

Pour aller plus loin
• Aux Herbes de la Saint-Jean : carnet de notes d’une herboriste
Pascale Maasdam, Amyris, 2006
Voici un ouvrage en forme de clin d’œil puisque c’est place Saint-Jean, à Lyon, qu’est allumé chaque année le fameux feu dans lequel sera brûlée la sorcière. Et c’est sur cette place qu’exerça pendant plus de quarante ans Simone Chavassieu, l’une des dernières herboristes. Pascale Maasdam son assistante, a choisi de conserver la mémoire de cette échoppe et de ses secrets, et raconte « les fins mélanges, breuvages, tisanes contre les maux… les secrets de la santé ».

Cette entrée a été publiée dans • Santé globale, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.