ana’chronique

L’échappée gourmande entre natures & cultures

Pour visiter le site d’anachronique…

Ana’chronique ? Un curieux nom, penserez-vous peut-être… Un nom revendiqué telle une interrogation au monde dans lequel nous vivons, un nom pour ouvrir à un ensemble d’animations à vocation culturelle dédiées à la (re)découverte de l’alimentation et de la nutrition, dans un univers et à une époque où le mangeur ne sait plus à quelle assiette se vouer, prisonnier des paradoxes contemporains, des discours contradictoires et d’un flot de conseils pourtant bien attentionnés.

Se nourrir, entre cultures et nutrition

Manger est un acte hautement complexe, au carrefour de besoins physiques, d’identité culturelle et de représentations sociales. Comme l’art, la cuisine est effectivement l’expression de nos cultures, tant collective que personnelle. Prendre conscience de la portée de ce « donner à voir et à manger », telle est l’ambition des animations d’ana’chronique, entre représentations sociales, symbolique, goût, économie, histoire, philosophie… et bien sûr, nutrition. Il s’agit donc de nourrir autant l’esprit que le corps, dans une approche conviviale où le plaisir du partage des connaissances, des expériences et du précieux instant présent prévaut.

L’histoire pour comprendre le présent

Telle une revendication, ana’chronique ambitionne de mettre nos assiettes en perspective. Il ne s’agit pas de manger « comme avant » – ce qu’un tel nom pourrait peut-être laisser croire, mais de comprendre comment s’élaborent nos cheminements de mangeurs, entre découvertes et discours, plaisir et ascèse, émotions et sentiments. Ana’chronique, c’est aussi une invitation à s’inscrire hors du temps, l’espace d’un repas, d’un atelier ou d’un stage… pour très justement prendre le temps de s’interroger et d’explorer toutes les facettes de l’acte de manger, pour esquisser une approche personnelle et gagner en autonomie vis-à-vis des discours sanitaires et/ou mercantiles.

Découvrir nos natures

« Dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es », écrivait Brillat-Savarin. De la connaissance de soi au travers de l’assiette s’esquisse notre rapport au monde : notre environnement physique, mais aussi social. De l’acte personnel de manger découle une manière d’être. Ana’chronique invite à explorer ces liens, de la nature la plus proche aux contrées exotiques.

ana’chronique, initié et animé par Élisabeth de la Fontaine

Historienne de l’art de formation initiale, Élisabeth de la Fontaine s’est particulièrement intéressée aux logiques de représentations sociales et les a éprouvées pendant plus de 20 ans en travaillant dans la communication institutionnelle et publique au service de projets respectueux du vivant. Souhaitant concilier ses passions culturelles et agriculturelles, en cohérence avec les valeurs de respect, de solidarité et de partage qui l’animent, elle met à profit ses compétences en termes de médiation des savoirs et son expérience personnelle des approches alternatives, en développant aujourd’hui son propre projet en Auvergne.
Après avoir longtemps travaillé les thèmes de l’alimentation et de la nutrition en autodidacte, elle a choisi de suivre une formation en nutrition d’orientation naturopathique et c’est le fruit de ce savoir qu’elle entend aujourd’hui partager et transmettre. Elle collabore avec le convivium Slow Food Volca’niac (Clermont-Ferrand) pour lequel elle anime des soirées thématiques, et l’Université populaire de la Dore à Ambert.

Les commentaires sont fermés.